FANDOM


John Gilnitz (ou Gillnitz) est un personnage fictif dont le nom apparaît à sept reprises (six fois dans la série Aux Frontières du Réel et une fois dans la série Au Coeur du Complot), une fois par an durant les saisons 3, 4, 5, 6, 7 et 9 ainsi qu'à la fin de l'unique saison d’Au Cœur du Complot qui fut diffusée la même année que la saison 8 d’Aux Frontières du Réel; ce personnage est apparu sur le réseau Fox tous les ans pendant sept ans.

Ce personnage a plusieurs particularités :

À chaque fois qu'il apparaît, il ne désigne jamais la même personne et n'est jamais joué par le même acteur; son rôle dans les épisodes varie d'anecdotique à très important et sa fonction est très différente d'un épisode à l'autre, ce qui signifie que tous ces John Gilnitz semblent être des homonymes.

John Shiban Scénariste

Le scénariste John Shiban.

Ce nom, John Gilnitz, est ce qu'on appelle un "nom portemanteau" en ce sens qu'il est constitué des morceaux de trois identités pour en créer une quatrième. Les noms inspirateurs de l'identité de ce personnage fictif sont ceux de trois scénaristes importants de la série Aux Frontières du Réel (surtout après la saison 4 et les départs successifs d'Howard Gordon, de Darin Morgan, Glen Morgan et James Wong) mais aussi co-créateurs et co-producteurs de son dérivé Au Cœur du complot: John Shiban, Vince Gilligan et Frank Spotnitz.

John Gilnitz a donc été créé à partir du prénom de John Shiban, du début du nom de Vince Gilligan et la fin du nom de Frank Spotnitz.

Vince Gilligan

Le scénariste Vince Gilligan.

Ces trois scénaristes ont souvent écrit des épisodes en commun et les apparitions de John Gilnitz se font d'ailleurs uniquement lors d'épisodes qu'ils signent tous les trois (sauf pour sa première apparition). Ce personnage est donc une sorte de signature ainsi qu'une référence au trio. Certains magazines ou sites les désignent d'ailleurs suite à cela comme le "trio John Gilnitz."

La première apparition du nom John Gilnitz se fait dans l'avant-dernier épisode de la saison 3, Hallucinations. Il apparaît au cours d'une scène où Helene Riddock qui fait la vaisselle, est victime d'hallucinations et voit son mari dans un hamac avec une jolie jeune femme assise sur lui. Riddock le tue, mais il s'agissait en fait de son voisin qui se délassait dans son hamac avec son chien. Ce voisin s'appelle John Gilnitz. Cet épisode a la particularité d'avoir été écrit par un membre de l'équipe qui n'est pas scénariste à la base, Mat Beck, le responsable des effets numériques. C'est lui qui a eu l'idée de ces images subliminales qui rendent les victimes paranoïaques et les poussent au crime. Il en a ensuite développé une intrigue à la demande de Chris Carter. Mais n'étant pas scénariste, il a reçu l'aide de trois professionnels chevronnés, Shiban, Gilligan et Spotnitz. Pour leur rendre hommage et les remercier de cette précieuse contribution, il a décidé de nommer le personnage de cette infortunée victime d’après le prénom de l'un d'eux (John), le début du nom d'un autre (Gil) et la fin du nom de famille du dernier (nitz). Voilà comment est né John Gilnitz.

Scénariste Spotnitz

Le scénariste Frank Spotnitz.

Ce nom de personnage créé à partir de leurs trois identités a beaucoup plu aux scénaristes qui ont décidé de s'en servir comme signature pour leurs scénarios communs.

Le premier des cinq scénarios qu'ils signeront pour Aux Frontières du Réel et dans lesquels ils utiliseront le nom John Gilnitz est l'épisode 14 de la saison 4, Régénérations. C'est encore une fois le nom d'une victime: après que Léonard Betts se soit arraché le pouce pour échapper au policier qui l'avait menotté à sa voiture, il se rend dans un bar et rencontre un homme âgé à l'allure de clochard qui boit et fume; il tousse beaucoup et Betts voit en lui le cancer (du poumon sans doute). Il décide de le tuer pour lui prendre son cancer et régénérer son pouce. Ce vieil homme barbu et cancéreux s'appelle John Gilnitz. C'est la deuxième fois en moins d'un an que ce nom est prononcé dans la série.

Un an plus tard (au début de la saison 5), le trio signe les épisodes Emily 1re et 2e partie et ils font encore une fois référence à leur nom portemanteau, cette fois de manière beaucoup plus subtile. A la toute fin d'Emily 1re partie, Scully reçoit les résultats d'un test ADN qui lui apprennent qu’Emily est sa fille. Si l'on observe bien ce qu'il y a d'écrit sur la feuille, on s'aperçoit que le nom du médecin qui a réalisé le test est John Gillnitz (avec deux l); c'est très fugitif et il ne faut pas cligner des yeux pour le voir. Durant Emily 2e partie, il ne sera plus question du Docteur Gillnitz.

La saison suivante, les scénaristes signent un nouveau diptyque, Zone 51 1re et 2e partie. Cette fois, c'est dans le second épisode que Gilnitz apparaît. Lorsque Scully emmène Morris Fletcher chez les Loups solitaires, l’homme voit une photo de Saddam Hussein et affirme qu'il n'existe pas, que c'est une invention du gouvernement qu'ils agitent de temps en temps (depuis 1979) pour justifier certains actes, et que cet homme est en fait un acteur qui s'appelle John Gilnitz. Le trio fait ici preuve de beaucoup d'audace et de provocation mais tout à fait dans la logique paranoïaque des Loups solitaires.

Durant la saison 7, Shiban, Gilligan et Spotnitz écrivent deux épisodes du paranormal, Maleeni le prodigieux et Coup du sort. Le nom portemanteau apparaît dans Coup du sort de manière aussi fugace que dans Emily 1re partie: un policier surveille la villa des Wieder et regarde la télévision. Mulder entre et la voix d’un annonceur donne la parole à un certain John Gilnitz, un journaliste couvrant l'affaire. On le voit durant plusieurs secondes mais son nom n'est prononcé qu'une fois et est à peine audible.

Au cours de la saison 8, le trio n'a signé aucun scénario en commun pour Aux Frontières du Réel, mais a créé et produit le dérivé Au Cœur du complot avec Chris Carter. Ils se sont beaucoup impliqués dans cette série et ont signé l'avant-dernier épisode "Capitaine Toby" ensemble. John Gilnitz est cette fois le producteur de la nouvelle version de l'émission que Richard Langly aimait beaucoup enfant.

Un an plus tard, Chris Carter et les trois scénaristes souhaitent apporter une conclusion à la série Au Cœur du complot qui a été arrêtée par le réseau Fox après seulement treize épisodes (une seule saison), comme ils l'avaient fait avec Millénium durant la saison 7. Vers la fin de la saison 9, Shiban, Gilligan et Spotnitz, écrivent donc un épisode intitulé N'abandonnez jamais ("Jump the shark" en anglais). Cet épisode tire son titre d'une expression très connue dans le milieu des scénaristes américains et qui trouve son origine dans un épisode d'une des dernières saisons de la série Happy Days où l'on voit le personnage Fonzie faire du ski nautique et sauter par dessus un requin. La scène est tellement ridicule qu'il est évident que la série vit ses dernières heures et c'est effectivement le cas. Pour tous les scénaristes américains, cette expression "Jump the shark" est devenue synonyme de point de non retour franchi par une série et signifie que sa fin est très proche; c'est le cas pour Aux Frontières du Réel qui vit ses dernières heures, mais comment peut-il en être autrement quand on décide de tuer les Tireurs solitaires?

Dans cet ultime épisode qui met les Tireurs solitaires en vedette et sert d'épisode final au dérivé, nous retrouvons entre autre Jimmy Bond, Yves Adèle Harlow et Morris Fletcher; John Gilnitz est ici le nom d'un professeur du Collège Hartwell qui porte le virus en lui-même et risque de le répandre sur le monde. Gilnitz est le méchant de l'épisode et celui qui tue les Tireurs solitaires qui se sacrifient pour sauver le monde. Dans le scénario, John Gilnitz tue les Loups solitaires en même temps qu'il se tue puisque le virus s'échappe de son corps et dans la réalité, c'est le trio de scénaristes, "John Gilnitz" qui les a tués avant de se séparer et disparaître pour toujours. La boucle est bouclée puisque le trio n'écrira plus jamais ensemble et le nom John Gilnitz ne sera plus jamais employé dans une fiction. C'est donc un personnage qui leur appartient corps et âme.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .